Les coeurs de ferraille - Tome 3 - Sans penser à demain
Les coeurs de ferraille - Tome 3 - Sans penser à demain

Les coeurs de ferraille - Tome 3 - Sans penser à demain

Naiad, fille d'un riche industriel mêlant employés humains et robots dans ses usines, est fascinée par ces étranges êtres de métal. Un jour, alors que son père a envoyé un Limier mater une révolte organisée par des ouvriers humains, la jeune fille croise le puissant robot et en tombe éperdument amoureuse. Séduit lui aussi par la jeune fille, le Limier va voir son existence chamboulée, face à une société incapable de tolérer son couple ni même l'existence de sentiments dans ses circuits imprimés...

Avec ce troisième tome, BeKa et Munuera revendiquent encore plus puissamment leur plaidoyer pour le vivre-ensemble, à travers une histoire d'amour aussi belle qu'inattendue.

Book details

About the author

BeKa

Derrière le pseudonyme « BeKa » se cachent en réalité deux scénaristes ! Il y a d'une part Caroline Roque, née le 27 avril 1975 à Perpignan, et de l'autre Bertrand Escaich, né le 3 juillet 1973 à St-Girons. Lorsqu'ils se rencontrent à un cours de danse africaine, qui aurait pu dire que ces deux étudiants toulousains allaient mener une vie de bande dessinée ? Caroline prépare en effet une thèse en chimie pendant que Bertrand boucle une Licence de Sciences physiques et une autre en Sciences de l'éducation. Mais voilà : au cours de leurs premières conversations émerge un rêve commun... Celui d'écrire des histoires ! Il faut dire que depuis son enfance, Bertrand a été nourri de BD : « Tintin », « Lucky Luke », « Astérix », « Gaston », « Les Schtroumpfs » et plus tard « Blueberry », « Buck Danny » et « Barbe rouge ». Les influences de Caroline sont encore plus diverses : « Mafalda », Le journal de Mickey, mais aussi « Le Club des Cinq », Roald Dahl et plus tard Marguerite Duras, Colette, John Irving... La fin de ce premier chapitre signé Caroline et Bertrand s'impose donc comme une évidence : ils décident d'arrêter leurs études pour se lancer dans l'écriture sous le pseudonyme de « BeKa », construit à partir de leurs deux prénoms. En 2005, les BeKa démarrent chez Bamboo (avec Poupard au dessin) la série d'humour « Les Rugbymen ». Le carton est immédiat, et il ne s'agit pas d'un carton rouge puisque ce beau et grand succès populaire ne se dément toujours pas, après 18 tomes déjà parus. Caroline et Bertrand proposent ensuite une vraie rupture de ton - ce qui sera une constante dans leur parcours - en publiant « Studio Danse », série suivant le quotidien d'adolescentes rivalisant d'humour et d'inventivité chorégraphique. Le public plébiscite là encore les 11 tomes de cette attachante saga jeunesse. Outre ces deux titres majeurs, on doit également aux BeKa bien d'autres pépites, comme la très sensible série « Le jour où... » (avec Marko) ou « Le blog de... » (avec Grégoire Mabire), explorant avec justesse les nouveaux modes de communication entre enfants. On peut également citer « Les Fées Valentines » (Dargaud), étonnantes créatures magiques expertes en histoires d'amour (dessin de Crip puis de Labourot). En 2019, les BeKa démarrent pour les Éditions Dupuis la série « Champignac », sur un dessin de David Etien. L'occasion pour les fans de Spirou de découvrir la jeunesse du mythique Comte Pacôme Hégésippe Adélard Ladislas dans des intrigues mêlant habilement fiction, Histoire et sciences. Le premier tome, Enigma, met ainsi en scène Champignac mais aussi un certain Alan Turing... Amoureux des personnages iconiques de la BD franco-belge, Caroline et Bertrand s'emparent ensuite des célèbres « Tuniques Bleues » de Cauvin et Lambil, qu'ils animent pour le one shot L'envoyé spécial, co-scénarisé et mis en images par Munuera. Jamais rassasiés d'univers étonnants et attachants (un point commun avec leurs lecteurs !) les BeKa préparent actuellement de nouvelles séries pour Dupuis, comme « Cœur Collège » avec Maya Osaki... Organisés à eux deux comme un véritable pool de scénaristes, Caroline Roque et Bertrand Escaich œuvrent sous le pseudonyme de BeKa. Ils cherchent leurs idées ensemble. Puis elle travaille les dialogues pendant que lui œuvre au découpage, à moins que ce ne soit l'inverse ! Quoi qu'il en soit, cela donne d'épatantes BD populaires comme « Les Rugbymen », « Studio Danse », « Champignac » ou encore L'envoyé spécial, un « Tuniques Bleues » réalisé avec Munuera. Mais les BeKa écrivent aussi chacun de leur côté. Toujours des BD pour Bertrand. Plutôt des romans et albums jeunesse pour Caroline. Des petites respirations pour mieux se retrouver !

Jose Luis Munuera

Né un 21 avril, tout comme le Journal de Spirou, Jose Luis Munuera s'imprègne de bande dessinée franco-belge humoristique dès l'enfance. Dans les années 1970, un certain nombre de classiques ("Spirou et Fantasio", "Astérix") sont traduits au-delà des Pyrénées et captivent son oeil d'enfant. Jeune adulte, il étudie les Beaux-Arts à Grenade avant d'envisager avec aplomb une carrière dans le neuvième art. Malheureusement, le paysage éditorial de son Espagne natale n'est alors que peu enclin à accueillir des bandes humoristiques, penchant naturel de l'aspirant dessinateur. C'est à Angoulême que son destin prend forme. Lors d'un pèlerinage au Festival International de la Bande Dessinée, Munuera fait la connaissance de Joann Sfar avec qui il débute une série d'aventure aux Éditions Delcourt ("Les Potamoks"). Le duo poursuit sa collaboration chez Dargaud, en imaginant l'enfance de Merlin l'enchanteur. Après quatre albums, Sfar délaisse "Merlin" et cède sa place de scénariste à Jean-David Morvan. Avec Morvan, Munuera trouve l'alter ego parfait pour exploiter son exubérance graphique. Au début des années 2000, le tandem Morvan-Munuera s'impose comme l'un des plus prometteur de la bande dessinée populaire. En 2004, Munuera entame "Nävis", une spin-off de la grande saga de science-fiction "Sillage" de Buchet et Morvan. La même année, Jose Luis et Jean-David sont choisis pour succéder à Tome et Janry aux commandes des aventures de "Spirou et Fantasio". Le temps de quatre albums, ils tracent les contours d'un Spirou moderne, bourré d'action et de gadgets, ouvertement inspiré par la dynamique du manga. Après cette période dédiée au fameux héros des Éditions Dupuis, Munuera éprouve le besoin d'explorer des genres plus sombres ; il enchaîne "Le Signe de lune" (avec Enrique Bonet), "Fraternity" (avec Juan Diaz Canales) et "Sortilèges" (avec Jean Dufaux) aux éditions Dargaud. En 2010, il se replonge dans la bande dessinée classique qu'il aime tant, en illustrant les albums pour enfants "P'tit Boule et Bill" et en signant son grand retour dans le Journal de Spirou avec "Les Campbell", dont le premier album paraît en 2014. Passé la quarantaine, Munuera n'a rien perdu de son enthousiasme de pirate !

Reviews

No reviews have been written for this book.

You will also like

,

EPUB PDF