L'Amérique du Nord et la culture

L'Amérique du Nord et la culture

Le second volet du Territoire imaginaire de la culture cherchera, essentiellement, à penser la singularité de l’Amérique du Nord sur le plan culturel et politique par rapport à l’Europe et les sociétés indiennes, ainsi qu’à dégager la configuration historique et imaginaire propre au Canada français.

Mais avant, l’auteur devait régler ses comptes avec ce monstre aux mille têtes qu’est l’Idéologie. La première partie de l’ouvrage, intitulée « Au-delà des idéologies, l’individu », pourrait être considérée comme une subtilemachine de guerre théorique visant à saper à la base le ressort interne de l’investissement idéologique qui se nourrit du « désir d’auto-annihilation du sujet » en lui faisant miroiter une possible « reconstitution de l’unité perdue ». Or, l’individu, croit Morin, se doit de résister « à toutes les tentatives de récupération de sa singularité au profit de représentations totalisantes qui donnent aux problèmes inédits qu’il se pose des réponses toutes faites ». Cherchant à penser dans un deuxième temps la singularité de l’expérience américaine, l’auteur fera ressortir le caractère « inaugural » de la Révolution américaine, qui fait éclater le principe européen des nationalités. En fait, le déplacement de l’Europe vers l’Amérique introduit une rupture radicale, une discontinuité essentielle avec tous les contenus organiques (famille, nation, religion), voire avec l’Histoire elle-même, entendue comme histoire des peuples et de leurs États. Mais cette discontinuité historique demeure pour une large part occultée. Le Nouveau est pensé en des termes anciens. De ce fait, le ressourcement en ces « terres nouvelles » de la culture européenne détachée de ses contenus organiques n’a pas pu prendre l’essor qu’il aurait pu prendre. Le destin culturel de l’Amérique reste à penser. Le règne de la Productivité intensive en Amérique ne fait que révéler cet impensé.

L’échec historique des Canadiens français à se constituer un État-nation pourrait être l’occasion, selon Morin, si le fantasme de l’État salvateur et de la Paternité historique retrouvée se trouvaient écartés, de « penser la culture hors substance, comme territoire d’exploration et d’expérimentation ». « L’orphelinat assumé », loin de tout fantasme d’un retour à l’origine (la France) ou d’une normalisation historique (l’État-nation), pourrait permettre « l’exploration de nouveaux espaces imaginaires » en larguant tout Regard inhibiteur. Encore faudra-t-il avoir le courage de cet orphelinat ! Les coureurs des bois ne sont-ils pas les premiers en Amérique du Nord à avoir pris acte (pratiquement) de cette discontinuité historique ? Cette discontinuité, ils l’ont vécue ; à nous maintenant de la penser et de lui donner son sens.

Si le lecteur cherche le « confort identitaire », L’Amérique du Nord et la culture n’est pas un livre pour lui. Ce livre s’adresse au « créateur de demain », citoyen d’un monde pluriel. L’avenir, croit l’auteur, n’est pas du côté des nations mais de l’individu ; c’est de ce côté qu’il faudra chercher de plus en plus la « pluralité des mondes ». Morin pense dans ce livre que l’État et la culture de demain seront universels. Peut-être est-ce finalement ce qu’aura signifié la « découverte de l’Amérique » : sortir l’Europe de son Histoire, de son Territoire, de ses Nationalités et de ses contenus organiques de manière à en ressaisir l’Idée, c’est-à-dire l’essence, et ainsi la rendre véritablement universelle. Mais cette signification n’est pas encore advenue, elle travaille les continents et tout particulièrement l’Amérique.

Book details

About the author

Michel Morin

Michel Morin se demande encore s’il est bien né, et où. On dit de lui qu’il enseigne ou a enseigné la philosophie. C’est à voir… Quant à écrire, il s’y est essayé certes. Quelques ouvrages en seraient issus, qui cherchent encore leurs lecteurs. Qu’en sera-t-il de celui-ci?

Where to buy

Reviews

No reviews have been written for this book.

You will also like

PDF

EPUB PDF